Paris-Nice 2017 – Rassemblement des riverains de la RD 191

Rassemblement des riverains de la RD191

Les Mesnuls, Les Essarts-le-Roi/Saint-Hubert, Les Bréviaires, Mareil-le-Guyon

Vélo : OUI                                                                                                                            Camion : NON

 

Les habitants des Mesnuls, des Essarts-le-Roi/Saint-Hubert, des Bréviaires et de Mareil-le-Guyon se réjouissent de voir leurs villages traversés et mis à l’honneur par le passage du prestigieux PARIS-NICE ce dimanche 5 mars 2017. Ils partagent ce moment de fête et voient du meilleur œil le bon usage fait de la Route Départemental 191 qui relie leurs bourgades entre elles.

Hélas, ce jour n’est que trop exceptionnel.

Depuis l’utilisation généralisée du GPS dans le monde du transport, le trafic commercial sur ce tronçon de la RD 191 ne fait que s’accroître au point d’être devenu insupportable. Bruit à toute heure, pollution, vibrations, insécurité et pire encore, le « sentiment » d’insécurité permanent qui dégrade la vie au quotidien des riverains et des habitants de nos communes en général.

Nos villages, nos hameaux, nos routes, n’ont jamais été conçus pour supporter des trafics dignes de ceux des voies à grande circulation. Depuis quelques années maintenant nos petites routes tant appréciées des cyclistes le week-end, sont devenues le raccourci préféré des transports nationaux et internationaux.

L’ancienne route nationale 191, fut justement déclassée dans les années 90. Des projets, nés dans les années 70 puis repris dans le Schéma Directeur de la Région Île-de-France (SDRIF) en 1994, avaient prévu son détournement, l’inadaptation de ces projets à l’environnement local et sans doute leurs coûts peu justifiés en ont interdit la réalisation. Entre temps d’autres voies se sont renforcées, des trajets alternatifs se se sont faits jour et pourraient être empruntes à moindre frais. Mais hélas, le commandeur suprême, la petit voix du GPS, en a décidé autrement. Et c’est bien pratique, en attendant…. En attendant quoi ? Que la Francilienne se boucle, que la nationale 154 se termine (dans un département limitrophe, soit), que l’on se mette d’accord sur les taxes et autres contributions des poids-lourds en transit, ect… et surtout que le GPS ne trouve plus nos routes locales suffisamment attractives en terme de rapidité et de rentabilité.

Pendant ce temps, 15, 20, 30 ans, nous voyons défiler sous nos fenêtres des camions de plus en plus nombreux, de plus en plus gros, de plus en plus lourds ; évolution réglementaire oblige. Grand nombre d’entre-eux vient d’Angleterre, de Hollande, du Portugal, des Pays de l’est, enfin de partout en Europe. Nul ne s’arrête chez nous, certains dirons tant mieux.

C’est notre vie qui défile avec ces camions, tous les jours, sans trop exagérer, les mères emmènent leurs enfants à l’école la peur au ventre. Prendre son vélo pour aller faire une course est un défi, discuter sereinement dans son jardin n’est même plus envisageable. Certes, nous habitons de très jolis villages entourés de forêts magnifiques et de champs aux couleurs changeantes avec les saisons. Superbe ! Mais nous n’y habitons pas, nous, nous vivons dans des maisons qui tremblent au passage des mastodontes, nous gardons nos fenêtres fermées pour respirer un air que nous espérons pas trop vicié, nous devons prendre mille précautions pour sortir de chez nous.

Nos élus sont impuissants et désarmés. Leur difficulté à se faire entendre d’une administration qui ne souhaite pas accumuler les problèmes, et assez peu comptable de la qualité de vie et des aspirations d’administrés aussi isolés, les amène parfois à envisager des solutions locales à l’efficacité plus que discutable.

Pendant ce temps les camions passent, les maisons tremblent, les esprits s’échauffent.

Nous sommes heureux aujourd’hui de voir passer sur la RD191 cette étape du PARIS-NICE. Demain Lundi, l’infernal cortège reprendra ses droits.

L’association Sauvegarde des Mesnuls, pour l’occasion, se fait le porte-parole du rassemblement des riverains et habitants de Mareil-le-Guyon, des Mesnuls, des Bréviaires et des Essarts-le-Roi/Saint-Hubert pour porter à votre connaissance leur désarroi et leur exaspération.

Certains d’entre nous seront ce dimanche aux Mesnuls exhibant de pacifiques panneaux « le vélo : OUI » ou « le Camion : NON ». Leurs encouragements seront sincères, leur sentiment sera partagé.

Pour nous tous, le message est simple :

« Plus aucun camion de plus de 7,5T dans la traversée de Mareil-le-Guyon, Les Mesnuls, Les Bréviaires et Les Essarts-le-Roi/Saint Hubert. Dans ces villages la vitesse doit être abaissée à 30 Km/h, réglementée et contrôlée ».

Certes le problème est local, ça ne justifie en rien qu’il soit ignoré. Vous êtes audibles, nous ne le sommes pas, notre ruralité ne doit pas conduire à l’oubli, soyez nos porte-voix.

Nous vous en remercions par avance.

Le Président de la SDM                                                                                 La Vice-présidente de la SDM
    Marc Rémond                                                                                                   en charge du dossier
                                                                                                                                 Hélène Arsicaud

Version PDF : CommuniquePresseParis

Illustrations: PARIS-NICE 2017 – Rassemblement des riverains de la RD191

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *